19 septembre 2017

Ecosse, Voyages & escapades

4 commentaires

Roadtrip en Ecosse : sur la route des Highlands – part I

Après s’être arrêtés dans les lieux de tournages de la série Outlander, on trace notre route jusqu’à Fort William ! Cette fois, on entre réellement dans les Highlands, ces fameuses hautes terres d’Ecosse. Le ciel est lourd au dessus de nos têtes, on avale les kilomètres, avec juste le plaisir simple de prendre la route et de voir défiler les paysages écossais.

Les vertes vallées et les lochs se succèdent, puis on passe par le défilé de Glencoe, le majestueux, tout droit sorti d’une carte postale. On croirait presque naviguer sur un océan de verdures, les collines au loin ressemblent à d’énormes vagues roulant de part et d’autres de notre minuscule ruban d’asphalte qui file tout droit à travers ces vallées.

Quand nous arrivons à Fort Williams, le soleil se couche. Après avoir posé nos bagages, on se dégourdit les jambes sur le bord du loch Linnhe. Les derniers rayons de soleil percent les nuages lourds et posent quelques reflets d’or sur les eaux qui s’étendent devant nous. Une belle première soirée dans les Highlands.

Voir le Poudlard Express sur le Glenfinnan Viaduct

Ce matin, petit pèlerinage de Potterheads avec comme objectif de la matinée : aller voir le Glenfinnan Viaduct ! Je vois certains moldus qui se questionnent : qu’a-t-il de si particulier ce viaduc ?
Je vous révèle un secret à demi-mots : c’est là que passe le Poudlard Express d’Harry Potter pour rejoindre l’Ecole des Sorciers !

Crédit : Warner Bros

Le Poudlard Express n’étant pas visible par les moldus, on tente d’apercevoir le train à vapeur jacobite qui lui joue la star sur ce tronçon, à coups de tchou-tchou. Anticipation n’étant pas trop notre amie, on arrive pile à l’heure (un peu en retard ?) et c’est sans grande conviction qu’on espère le voir.
Le lieu est connu et réputé par des moldus bien renseignés, et il faut un peu jouer des coudes pour trouver une place où se garer.

Il faut savoir que le train jacobite à vapeur ne passe qu’à 10h45 et vers 15h. Demandez confirmation à la boutique selon la saison.

On suit la petite balade qui passe sous le viaduc et doit nous amener à un point de vue qui surplombe le pont. On se sait pas si le fameux train est déjà passé ou non, on marche vite, tiraillés par la déception de l’avoir raté et l’espoir de le voir par hasard, on presse le pas, puis on commence à trotter, histoire de s’avancer rapidement vers le viaduc.

Quand, soudain, encore sous les arbres, on l’entend tchou-tchouter au loin. On accélère notre petite course, on sort enfin du sous-bois, et on le voit au loin, le fameux train avec sa longue traîne de fumée blanche ! Et il tchou-tchoute à nouveau !

On sautille de joie, puis on se plie en deux, on reprend nos souffles et on se félicite de l’avoir vu malgré notre retard !

Quelques minutes à peine après qu’il soit passé, une horde de moldus descend du chemin dans le sens inverse du nôtre. On avance à contre-courant, on continue le chemin et on prend le temps de grimper jusqu’au point de vue tandis que tout le monde redescend. Au moins, on évite la foule !

C‘est ici que nous faisons notre première vraie rencontre avec les midges, des moucherons voraces qui s’infiltrent dans tous les interstices de nos vêtements. Photos, vidéos et selfies rapides pendant qu’on essaie de se calfeutrer des Voraces !


Puis, on refait le chemin inverse, plus tranquillement.
De retour au parking, où on s’est garés à l’arrache précipitamment, on se rend compte qu’à côté se dresse une église fort jolie ! On prend le temps d’en faire le tour et de la visiter, la vue ensoleillée sur le loch Schiel est vraiment charmante !

Mallaig et ses plages de sable blanc

Ensuite, on file vers Mallaig à la recherche de plages de sable blanc.

J’avais en tête des images de cartes postales qui m’avaient vraiment intriguées, était-il possible qu’il y ait vraiment de belles plages de sable blanc en Ecosse ? ou était-ce un énième mythe de la région ?

On navigue grâce à notre carte et je vise les petits chemins qui se dirigent vers la côte, on bifurque hors de la route principale et bientôt on aperçoit une pancarte indiquant un sentier “ to the beach” (‘vers la plage’).
Ni une, ni deux, on pose la voiture et on poursuit l’exploration sur le petit sentier qui s’enfonce entre les arbustes. Au fil du chemin, le sable remplace la terre, et quelques minutes de marche plus tard, on tombe sur une superbe plage cachée où des écossais jouent au freesbee et d’autres se baignent !

La carte postale existe donc bel et bien !
On est à Camusdarach.

On se balade le long de la plage, il pleut un peu, mais pas assez pour décourager les écossais.
Pendant qu’on rapatrie nos affaires et notre pique-nique sous un arbre, les locaux se baignent et jouent au ballon, question de culture sûrement !
Ces plages de sable blanc et notre pique-nique sous la pluie me laissent un drôle effet de déjà vu, les plages de sable blanc d’Irlande.

Errances sur la péninsule d’Ardnamurchan & Tioram Castle

On poursuit notre exploration sur la péninsule d’Ardnamurchan.
La route suit la côte, et des rochers escarpés s’abîment dans des criques grises bordées de sable blanc. C’est désertique et très beau ! On bifurque vers le Tioram Castle, un château en ruines, où on accède qu’à marée basse.

On traîne nos savates là où la mer doit siéger en temps normal et on crapahute autour des ruines.
Les tons de gris donnent une ambiance mystérieuse au paysage, mais une nouvelle attaque de Voraces abrègera notre balade ! On commence à comprendre qu’ils sont friands d’eaux stagnantes (ce qui n‘est pas évident à éviter au milieu des lochs !)

On poursuit la route, avec pour seule principe : on s’arrête là où c’est beau (autant dire qu’on avance vraiment pas vite).

 

Au bout d’un moment, carte dépliée sous les yeux, je me rend compte qu’à notre allure, le bout de la péninsule est vraiment loin et qu’on n’arrivera pas à rentrer à Fort William avant la tombée de la nuit. On préfère donc revenir sur nos pas.

Le GPS nous indique deux heures de route pour rentrer mais par le plus grand des hasards, on tombe sur un petit embarcadère d’un ferry qui fait la traversée du loch…  Bénis sois-Tu petit dieu des lochs et des ferrys, tu nous feras gagner une bonne heure de route !

* ~*~*

Après une première journée de balade en mode contemplation, prochaine étape : en découvrir plus sur la culture écossaise et plus particulièrement celle des highlanders.
Au programme : les mythiques Highlands Games, où se mêlent lancers de bottes de foin, danses écossaises et concours de cornemuses, puis visite du Highland Folk Musem pour se replonger dans les Highlands du 18ème siècle !

4 réflexions au sujet de « Roadtrip en Ecosse : sur la route des Highlands – part I »

  1. Merci pour cette parenthèse écossaise, qui me rend bien nostalgique tout à coup ! Cela a dû être vraiment cool d’apercevoir le fameux train (en dépit du monde). J’étais tombée sur un billet de blog qui recensait tous les endroits d’Écosse liés aux films Harry Potter – c’était impressionnant. As-tu fait un crochet par Loch Eilt, la tombe de Dumbledore ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *