18 juin 2017

Autour de Lyon, France

6 commentaires

A 2h de Lyon : escapade dans la Vallée de la Drôme

Si vous me lisez de temps en temps, vous commencez à savoir que j’ai un petit faible pour l’Ardèche.

Pour nos dernières vacances de printemps, on s’était imposé un défi : changer de région et découvrir un nouveau coin à moins de 2h de Lyon !
L’Auvergne, les Alpes, la Drôme…? Encore une fois, on se faisait la remarque que Lyon est idéalement placée. On hésite, on tergiverse… décision difficile, petit luxe du choix de la destination dont on a bien conscience.

Hasard de notre calendrier, se tenait à Lyon le Salon du Randonneur. On s’y rend avec pour objectif d’en ressortir avec notre prochaine destination !

Verdict : ça sera la Drôme ! Plus tout à fait le Vercors et pas encore la Drôme Provençale, la vallée de la Drôme.

Avec mon affection sincère pour l’Ardèche, prévoir une escapade dans la Drôme, je vous avoue que j’avais comme l’impression de la tromper un peu…

Finalement à 2h de Lyon, la vallée de la Drôme fut une jolie surprise ! Des coups de cœur pour les villes de Crest et de Saillans, des dégustations de la fameuse Clairette de Die, des randonnées sur les crêtes qui surplombent les villages, une balade dans le fameux synclinal de la Forêt de Saou, de l’exploration dans les Gorges d’Omblèze, et cerise sur le gâteau, l’ascension du massif des Trois Becs dont je n’étais pas certaine de revenir vivante…

Chaussez mes Bottes de sept lieues pour découvrir la Vallée de la Drôme !

Saillans et la rivière Drôme

L’avantage de la Drôme par rapport à l’Ardèche (oui, sacrilège en vue), c’est que les routes sont facilement accessibles et agréables à conduire.
Même si les virages et les petites routes de l’Ardèche ont leur charme, ici, dans la vallée de la Drôme, la route est relativement droite, tout en offrant de beaux paysages, et le long de celle-ci sont semés de petites villages (villes ?) typiques dont les ruelles et les petits marchés n’attendent que d’être arpentés entre deux randos.

Saillans et la clairette de Die

Nous avons logé dans un gîte appartenant à des vignerons à Saillans. Au milieu des vignes et tout à côté de leur cave, nous avons pu découvrir et déguster la fameuse clairette de Die, un délicieux vin pétillant sucré. Avis à ceux qui n’aiment pas le champagne, la clairette de Die est faite pour vous.

 

En se promenant dans les rues de Saillans, on est assez vite charmés : il y a un grand marché le dimanche, les gens se retrouvent autour d’un bar associatif au cœur du village, les initiatives alternatives et collaboratives semblent émerger un peu partout…
C’est en cherchant s’il y avait un supermarché dans les environs que j’ai découvert la particularité de la ville !

Ici, en 2010, un projet de supermarché a été lancé. Le maire était pour, les habitants contre. Des citoyens se sont présentés aux élections municipales et leur liste a gagné. Depuis le village fonctionne sur un mode de gouvernance participative et collégiale. Un village de précurseurs !
Etant assez sensible et intéressée par ce genre d’initiatives, je suis bien contente d’être tombée sur ce gîte, dans ce village, un peu par hasard.

En revanche, l’endroit est apparemment victime de son succès puisque le prix des terrains à acheter dans les alentours flambent, au grand désarroi des locaux.

Découverte de la ville de Crest

Juste à côté se trouve Crest – qu’on s’évertuera à prononcer « Creste » pendant tout le séjour, alors que ça se dit en fait « Crêt ».
Nous nous y baladons un jour férié et nous ne pourrons donc pas nous rendre compte de l’animation de la ville en temps normal.

Le temps est incertain, et les nuages lourds menacent au-dessus nos têtes, mais nous explorons tranquillement ses rues pavées, ses escaliers raides qui montent jusqu’à la Tour qui surplombent toute la vallée.

La Tour de Crest s’avère être le plus haut donjon de France, une gardienne des Préalpes drômoises de 52 mètres de haut, avec à sa base des rochers sur lesquels on peut reconnaître des fossiles de coquillages. Le petit jardin à mi-chemin entre la Tour et les escaliers nous offre une petite pause inattendue avec un timide soleil qui pointe le bout de ses rayons.

La Tour de Crest, lieu chargé d’histoire

Pour les amateurs d’histoire médiévale, il faudra repasser. Si son architecture et sa conservation sont remarquables, ce n’est pas tout à fait la période médiévale qui est mise en avant, mais plutôt la période du 19ème siècle.

Après avoir été une forteresse jusqu’au 17ème siècle, la Tour de Crest devient une prison et un lieu de répression pour les protestants persécutés dans la Drôme. Jusque très récemment, des détenus politiques y ont été également enfermés

La Tour s’élève sur plusieurs étages et ce qui me frappe d’abord ce sont les graffitis qui parsèment les murs. Je me suis d’abord offusquée de voir un lieu centenaire ainsi saccagé, puis je me suis approchée des murs, et j’ai lu. De graffitis en petit mots, de dessins en vers, de dates en signatures. Certains dates remontaient au début du siècle dernier ! Les murs de la Tour gardent les traces des détenus qui l’ont occupés et des témoignages griffonnés qu’ils ont laissé. C’est assez troublant à lire quand on découvre en parallèle les conditions de détention de ces prisonniers. Dans une salle, des documents racontent leurs histoires, les pétitions, les révoltes…La Tour de Crest, si bien conservée et rénovée est aussi un lieu chargé d’histoire qui remplit son devoir de mémoire.

 

la Tour de Crest

Au dernier étage, son toit atypique, incurvé pour récupérer les eaux de pluie est étonnant. Encore un peu plus haut, la terrasse offre un panorama à 360° sur Crest et la Vallée de la Drôme. Le soleil s’est affirmé, les nuages se sont allégés et jouent aux moutons.


En face de nous, s’élève le massif des Trois Becs, 1543 m, point culminant de la vallée. Il fait partie de nos randos prévues dans la semaine, sauf qu’une franche couche de neige est tombée pendant la nuit (on est début mai) et chamboule un peu nos plans… Affaire à suivre !

Balade sur les crêtes de Crest

Depuis la Tour de Crest, il y a une balade qui nous fait grimper sur les crêtes de la ville (est-ce que dire qu’on se balade sur les crêtes de Crest est un pléonasme ?)
Le ciel est dégagé, la balade est courte et agréable. On se recharge en air pur, en verts, en bleus, en silences, en regards posés sur l’horizon, là-bas au loin. On ne croisera personne, seuls au monde sur les crêtes. Puis la boucle nous ramène au donjon de Crest.

Seul bémol : les chenilles qui tissent leur fil sous les chênes et qui nous tombent dans les cheveux qu’on doit essayer d’éviter en slalomant sur le sentier… Cocasse !

Rando au dessus de CrestRando à Crest

Cette première incursion dans la Vallée de la Drôme est une bonne surprise, à quelques enjambées de Bottes de Lyon.

Est-ce que le charme tient de cette alchimie qui fait que les villes posés au bord d’une rivière me séduisent particulièrement ? Est-ce que ça vient de ces paysages dont la palette de couleurs est dotée de verts et de bleus à n’en plus finir ? A n’en pas douter, Drôme et Ardèche vous avez de forts atouts en commun !

A suivre dans ce carnet d’escapades dans la Vallée de Drôme :
– randonnée dans la Forêt de Saou
– exploration des Gorges d’Omblèze, découverte de l’incroyable Canyon des Gueulards
– et l’ascension des Trois Becs (si la neige du 1er mai ne nous en empêche pas)

Si cette destination vous intéresse, abonnez-vous à la liste de diffusion pour recevoir les prochains billets !

 

6 réflexions au sujet de « A 2h de Lyon : escapade dans la Vallée de la Drôme »

  1. Je suis passée à Crest en 2014, j’avais trouvé la ville très agréable, et toutes ces petites rues escarpées charmantes. La tour est très belle et impressionnante, et j’avais eu un peu la même réaction à la vue des messages dans la pierre.
    Nous logions à Aurel, un petit village « perché » très beau. Nous avons fait une randonnée dans le cirque d’Archiane, un endroit magnifique et imposant.

  2. Ce coin de la Drôme c’est toute mon adolescence qui ressurgit. Ayant grandi à Valence, c’est à Saillans que nous allions passer les chaudes journées d’été avec les copains en se baignant dans la rivière. La Clairette de Die fait bien-sûr la fièrté de tous les drômois avec les ravioles de Romans (et le nougat pour les provençaux). Et la Tour de Crest a fait l’objet de sorties scolaires à tous les âges (primaire, collège, lycée). Ravie que le coin t’ait plu. Vers Omblèze il y a de superbes randos à faire sur le plateau du Vercors.

    1. La rando à Omblèze a été une première incursion très sympa dans le coin, je me note tout le Vercors à découvrir pour une prochaine fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *