16 avril 2011

Asie, Thaïlande, Voyages & escapades

5 commentaires

Songkran : Happy New Year

J’ai toujours du mal avec la période du Jour de l’An.

Oui bien sûr, c’est le moment de faire la fête entre amis, de célébrer l’année qui vient de s’écouler ou celle qui pointe son nez. Mais pour moi c’est toujours, inconsciemment ou pas, le moment où je me retourne sur l’année passée, où je fais le point avec moi-même, où en général, je me rends compte que finalement, on n’a pas fait grand chose de cette année passée, voire de sa vie… C’est le moment de prendre des résolutions qu’on sait qu’on ne tiendra pas… Où on prend conscience qu’on aimerait faire bouger les choses, en changer certaines sans trop savoir comment s’y prendre… En général, cette période de l’année est davantage source d’angoisses et de déprime passagère qu’autre chose…

Cette année, j’ai droit à deux Jours de l’An, puisque cette semaine on fête ici le Nouvel An bouddhique, Songkran.

Rien à voir avec le nôtre évidemment. La tradition veut que les Thaïlandais aspergent les bouddhas d’eau avec vénération mais aussi leurs amis pour les purifier et éloigner la malchance. Sauf que ce rituel a bien évolué avec les années, et il est maintenant juste impossible de rester sec plus d’1 minute 30 dans la rue !

Arrivée à Bangkok le 11 avril, j’ai pu observé avec curiosité la mise en place de cette véritable guérilla urbaine. Les stands de pistolets à eau se multiplient entre les étals de plats à emporter et les boutiques-souvenirs. Les vendeurs mettent en avant les sacs à dos et les petites pochettes imperméables… J’avais bien lu que Songkran était synonyme de Festival de l’Eau, mais j’étais loin de me douter de l’importance de ces quelques jours de fête !

Bangkok - Songkran

Ça commence gentiment, à coups de petits jets de pistolets à eau, la plupart du temps visée par des enfants… Puis ça passe rapidement aux bazookas et aux fusils à pompe tenus par les grands enfants ! Aux tirs dans le dos et aux embuscades à chaque coin de rues ! Et viennent pour finir, les seaux d’eau froide et les tuyaux des jardins pour arroser absolument tout ceux qui passent ! Impossible de contourner les tirs, impensable de se faufiler l’air de rien, ceux qui tentent de s’esquiver sont vite rattrapés et copieusement trempés par une joyeuse foule… Les passants s’équipent aux stands des marchands qui vendent des pistolets de toutes les tailles et chacun se balade alors avec le sien pour pouvoir riposter et prendre part aux attaques ! C’est une vraie guérilla urbaine… à l’eau !

Bangkok - Songkran

Bangkok - Songkran

Passée la surprise de se retrouver trempée de la tête aux pieds en un quart de seconde, je dépose tout ce qui peut être sensible dans ma chambre, et redescend pour prendre part aux festivités !

Le 12, premier jour du Nouvel An, je me dis que ça ne pas vraiment être pire que la veille. Et bien si ! Les rues de mon quartier sont noires de monde et il est littéralement impossible de se déplacer pour se rendre d’un point à un autre… Tous trempés, serrés les uns contre les autres en essayant tant bien que mal d’avancer, à se balancer de l’eau au cas où on ne serait pas tout à fait bien trempés, et à se badigeonner les uns les autres une espèce d’argile blanche qui, je l’imagine doit porter bonheur ou éloigner les mauvais esprits…

Quand je quitte Bangkok le 14 avril pour Ko Chang, une île à l’Est du pays, je me rends compte par les vitres du bus que les même batailles d’eau se tiennent un peu partout !

Arrivée à Ko Chang, les cibles préférées sont les taxis collectifs pour touristes, qui dès qu’ils stoppent dans la rue, subissent des embuscades sans aucune pitié ! Seaux d’eau et bassines sont là pour nous accueillir !

Impossible de se promener dans la rue en évitant les petits guérilleros bien préparés qui aspergent avec amusement et parfois accompagné d’un respectueux Happy New Year ou les bandes de grands enfants qui surprennent en nombre et sans remords tout en me badigeonnant de pâte blanche !

Puis d’arrosée, je deviens arroseur, rejoignant les rangs de quelques femmes thaïs qui rient à gorge déployée à chaque fois qu’on réussit à asperger automobiliste ou passant…

Quelques jours de fête d’eau, où presque tout le monde garde le sourire et où l’ambiance est vraiment bon enfant ! Une façon de fêter l’année qui vient avec joie et bonne humeur, tout simplement…

Je crois que c’est sans doute l’un des meilleurs jours de l’An que j’ai passé !

Et aujourd’hui, quand inévitablement je me retourne et que je me penche pour évaluer l’année écoulée, je suis assez contente de pouvoir dire qu’enfin, je l’aime bien telle qu’elle est ma petite vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *