30 novembre 2014

Autour de Lyon, Inspirations & créations

3 commentaires

Suspendre le temps au Festival Quais du Départ

Le temps file, tic tac, insaisissable, tic tac.
Je râle après le temps que je n’arrive pas à dompter.
Ces instants où je pourrais vous partager mes inspirations que je voulais un rendez-vous mensuel…
Ces instants où je voudrais vous raconter l’Italie, notre dernier roadtrip autour du lac de Garde, nos pas perdus à Venise, mais le temps file, tic tac…
Et quand enfin je retiens le temps qui s’égrène entre mes doigts, c’est souvent l’envie qui est ailleurs…

Le temps file, tic tac, et je voudrais parfois mette la vie en pause, une parenthèse pour respirer, profiter, avoir le temps d’avoir le temps…
Ma nouvelle vie lyonnaise est bouillonnante, souvent trop rapide, mais aussi mille chose à voir, à faire… des rencontres qui se mêlent, des idées qui s’entrechoquent, je ne m’en plains pas, mais ce temps qui file de façon inexorable m’angoisse un peu parfois…

J’aimerais vous parler des projets qui m’inspirent, des morceaux de vie de voyageurs que j’admire, partager les belles histoires qui cadencent la semaine mais tic tac, les journées ne font que huit heures, et personne n’a encore instauré un troisième jour au weekend… 

Le weekend dernier, j’ai trouvé une jolie façon de voyager tout en restant à quai. J’ai participé en tant que bénévole à un beau festival de films de voyage : le festival Quais du Départ.

Laissez-moi vous en parler !

Quais du Départ, un festival imaginé par des amoureux des voyages

Quand j’ai débarqué sur Lyon, je suis assez vite tombée sous le charme de la librairie Raconte-moi la Terre : imaginez pour une amoureuse des jolies librairies, celle-là se trouve être exclusivement consacrée aux voyages ! Un endroit qui invite justement à la pause autour d’un chocolat chaud, à la rêverie, où les envies de voyages naissent, grandissent, se partagent… C’est François Chazelle, le fondateur de cette librairie qui a lancé il y a trois ans le festival Quais du Départ.

Quais du Départ, c’est un festival de voyage qui invite à la rencontre.

Pour sa troisième édition, le festival se déroulait les 22 et 23 novembre 2014 sur la péniche La Plateforme, sur les quais du Rhône. Tout un symbole pour un festival de voyage qui s’appelle “Quais du Départ”…

Festival Quais du départ sur la péniche la Plateforme à Lyon

Ce cadre même de la péniche est déjà une invitation au voyage : une parenthèse suspendue (flottante ?) où l’on peut flâner entre librairie, café des voyageurs et projection de films.

En rejoignant l’équipe des bénévoles, c’était l’occasion de découvrir les coulisses d’un tel festival.
J’ai été agréablement surprise par la simplicité et la sympathie de l’équipe organisatrice d’abord, puis par l’enthousiasme des gens que j’ai rencontrés pendant le festival. La plupart prenait volontiers le temps d’échanger, de raconter des bribes de leurs vies… Des instants simples qui ponctuent souvent les voyages et qu’on a parfois du mal à retrouver quand on retrouve une routine au quotidien.
Il faut croire qu’autant de voyageurs au même endroit, ça donne une belle émulation d’histoires à raconter.

Par ce beau weekend automnal, les lyonnais ont été nombreux à se déplacer et de nombreux curieux, promeneurs des quais du Rhône, se sont arrêtés pour découvrir l’intérieur de la péniche. Étant donné l’affluence, on peut dire que cette troisième édition a été un beau succès !

Festival Quais du départ

Quais du départ, une ouverture sur le monde

Je l’avoue, si je n’avais pas été bénévole et occupée à diverses missions sur la péniche, je serais bien allée à la projection de TOUS les films !
Il y avait une diversité dans ces films de voyages qui pouvaient combler les différents profils de voyageurs présents. Entre autres :

  • Solidream : un tour du monde de 3 amis à vélo pendant 3 ans
  • Une contrebasse en Méditerranée : un beau projet qui mêle voyage et musique, un tour des écoles de la Méditerranée pour composer un morceau, symbole de  l’amitié entre les peuples
  • Sous les ailes de l’hippocampe :  François Suchel, un pilote de ligne qui décide de faire Canton-Paris à vélo, en suivant son ancienne ligne aérienne
  • La Terre à bicyclette : un voyage de 7 ans, en famille, à vélo à travers les continents
  • Tysfjord, les enfants d’Anta : l’équipe Rail&Ride est partie en kayak et à ski, sur les traces d’Anta, l’un des seuls nomades lapons à avoir raconter l’histoire de son peuple dans un livre
  • China Jam : une ascension entre escalade et alpinisme libre sur le Kyzyl Asker, un sommet de 5842 mètres d’altitude situé sur la frontière Sino-Kirghize, en musique et en bonne humeur !

Parmi les films projetés que j’ai pu voir, j’ai eu un vrai coup de cœur pour « les Routes Persanes » de Mélusine Mallender.

Mélusine pourrait sortir d’un livre d’aventures que je lisais quand j’étais gamine.
La trentaine, dynamique, simple et souriante, elle part à la découverte du monde en chevauchant sa moto.
« Les Routes Persanes », c’est l’histoire de son exploration de l’Iran et des pays de l’ancienne Perse.

Aller au devant des idées qu’on a de ce pays, aller voir par soi-même ce qu’il en est réellement. Se questionner sur la notion de « liberté » dans ces différents pays. On la suit sur sa moto, traverser l’Iran et ramener des images incroyables d’une jeunesse qui s’accroche de toutes ses forces à l’espoir du changement.

Puis on continue l’exploration en direction de l’Orient, à travers le Turkménistan et l’Ouzbékistan, pour ensuite viser les montagnes du Tadjikistan et du Kirghizstan. Des pays aux sonorités quasiment inconnues dont je n’avais aucune images en tête. Une découverte donc, de ces contrées aux paysages incroyablement beaux, puis des rencontres touchantes avec les locaux qui rappellent que voyager seule quand on est une femme est parfois intriguant mais loin d’être impossible…

Quais du départ - Mélusine Mallender

La magie du festival Quais de départ, c’est aussi sa dimension humaine. Pouvoir prendre un café avec les auteurs-réalisateurs, pouvoir papoter autour d’une dédicace ou autour d’une table, en toute simplicité. Ce sont des instants précieux d’échanges et d’inspirations où l’on se rend compte que ces voyageurs qu’on l’on qualifierait bien d’Aventuriers des temps modernes, sont finalement des gens comme nous qui vont au bout de leurs projets.

Ce fut un beau weekend sous le signe du voyage. Je l’ai terminée fatiguée mais curieusement bien ressourcée… Beaucoup de beaux moments et une belle énergie tout au long du festival ! J’espère bien renouveler l’expérience l’année prochaine !

En attendant, il faut que j’apprenne à laisse filer le temps, à le sentir glisser entre mes doigts et essayer de me concentrer sur les instants ici et maintenant… Pas évident mais une belle leçon en perspective j’imagine.

Et vous, quel est votre secret face à ce temps qui file si vite ?

Recevez un mail pour les prochains billets !

3 réflexions au sujet de « Suspendre le temps au Festival Quais du Départ »

  1. Je pense que ton coup de coeur ne va pas me laisser indifférent, je me demande bien pourquoi 😉 Et cerise sur le gâteau, je viens d’apprendre par Adeline (voyages etc) que le film allait être diffusé fin janvier à Paris, je pourrai donc alors confirmer (ou pas) ton coup de coeur Hélène 🙂 Le trailer m’inspire en tout cas !

  2. Salut! Merci pour l’article qui me fait découvrir ce festival à Lyon. J’y vais assez souvent et pourtant je n’en ai jamais entendu parler mais ce n’est que partie remise pour l’année prochaine ! En attendant j’irais voir la librairie du voyage comme tu m’a conseillé
    a bientot
    Solene

Répondre à Laurent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *