5 mars 2011

Australie, Voyages & escapades

Un commentaire

Premiers jours à Perth

En me retrouvant baroudeuse-piétonne du jour au lendemain, je pensais qu’il me faudrait un temps de transition, une pause pour m’habituer à ma nouvelle condition. Je pensais avoir des réflexes stupides comme me réveiller en me demandant où j’ai garé le van…

Et bien non. A croire que je suis dotée d’une certaine capacité d’adaptation, puisque je vis mon nouveau statut avec le même plaisir qu’au tout début de mon voyage – bon sang j’ai l’impression que ça fait des lustres !

S’il fallait titrer tout de suite mon nouveau chapitre, ça serait Pérégrinations urbaines. Se promener le nez en l’air, au hasard des rues, la map dans la poche et l’appareil photo prêt à être dégainé.

On pourrait croire qu’après tout ce temps dans le bush, loin des centres urbains et proche de la nature, j’aie du mal à mettre un pied en ville. Et je suis la première surprise : non, je ne suis pas devenue allergique aux grandes villes. A moins que ce soit Perth qui me séduise en particulier…

Perth. Isolée de tout, à plus de 3000 kms de la prochaine grande ville. Capitale du Western Australia. Grande ville donc, mais tellement agréable à parcourir. Aérée, animée, verte, culturelle…

Mercredi 2 mars.

Le premier jour, après avoir déposé mon sac à l’auberge, j’entreprends un tour de reconnaissance. Premier endroit à repérer : la bibliothèque, pour avoir accès à Internet. Et là, chabadabada…

L’endroit est le cœur culturel de la ville. La library est superbe – oui, vous remarquerez que j’adore les bibliothèques – immense et lumineuse, réunissant en toute harmonie rangées d’ordinateurs et rayons de bouquins, coin lounge et expos photos… Et comme souvent ici, il y a des restos ou des cafés dans les bibliothèques et je trouve ce concept génial ! Dans celle-ci, il y a un petit café qui donne sur un plan d’eau. Je suis sous le charme ! C’est certain, ça va devenir mon QG !

Autour de la library s’élèvent l’Art Gallery, le Western Australia Museum, le Musée d’Art Moderne et le Pica (Art Contemporain). Pas loin se trouve le campus de l’Université. Entre deux bâtiments s’étend un verger où poussent de vrais légumes. De l’autre côté des sculptures abstraites s’élèvent entre deux plans d’eau. Bref, ça bouillonne de culture et je me demande si une journée entière consacrée aux musées sera suffisante.

Perth - centre culturel

Perth - centre culturel

Perth - Heath Ledger Theatre

Perth - centre culturel

Je rejoins le centre-ville en passant par la gare centrale et je débouche sur une grande place, Forrest Place, entourée de boutiques et de cafés. Aux alentours, les ruelles commerçantes sont animées et les nombreuses échoppes sont de vraies tentations. De part et d’autres s’étendent des arcades, des rues couvertes et des food-court sans pour autant qu’on se sente oppressés.

Perth - centre ville

Je marche un peu au hasard, appréciant le plaisir de me perdre volontairement et de suivre mes envies. Je jette de temps en temps un œil à la carte pour ne pas trop m’éloigner. J’ai encore mille choses à voir mais je commence à fatiguer et j’ai déjà marché beaucoup plus que ce que j’avais prévu.

Je retourne à mon QG – la bibliothèque, pour ceux qui ne suivent pas – et j’en profite pour faire l’expo photo qui s’y tient, une sélection des meilleurs clichés de presse élus cette année.

Alors que je pensais faire un rapide tour et passer l’après-midi à profiter du confort de l’auberge, je n’y rentre finalement que le soir pour passer une excellente première nuit dans mon lit douillet.

Jeudi 3 mars.

Je me rends tout naturellement au café de la library prendre mon petit dej’ et cette fois je m’arme d’une carte et d’un itinéraire pour faire le tour de la ville.

Perth library

Petit dej à la bibliothèque

Ici les gens – enfin les australiens des villes en tout cas – ne semblent pas prendre leur petit déjeuner chez eux. Ils prennent à emporter. Le fameux café Starbucks qu’on voit chez nous. Sauf qu’ici, tous les cafés le proposent. Le coffee to go – tea ou hot chocolate pour moi. Et franchement, même si je préfère souvent être attablée, c’est quand même bien pratique ! En tout cas, ils sont en train de me convertir !

En parcourant la cité, je me rends compte que ce qui me plait, ce sont les grands espaces verts au cœur même de la ville, les grands arbres entre deux maisons, et surtout la Swan River à deux pas du CBD. C’est ce qui m’avait plu à Melbourne, c’est le même coup de cœur ici !

Perth - arbre en ville

Perth, la ville des superlatifs. En plus d’être la capitale la plus isolée au monde, c’est aussi – parait-il – la plus ensoleillée d’Australie. Et les 30 – 35° quotidiens ne sont pas là pour le démentir. Ce qui induit surtout que ma balade est ponctuée de stops aux points ombragés et/ou d’arrêts boissons fraiches (qui sont une tuerie, mais j’y reviendrai)

Je décide donc de m’arrêter sur mon parcours dans la Cathédrale Ste Mary, mais je tombe en plein office, avec une église pleine d’écoliers. Je reste un moment par curiosité, avant de repartir.

Perth - Cathédrale Ste Mary

Perth sculptures urbaines

Je descends enfin vers la Swan River qui baigne la ville de Perth. De loin, j’aperçois la Swan Bell Tower de cuivre et de verre qui s’élève sur les embarcadères et quand je m’en approche, un concert de cloches et de carillons s’en échappe. La Swan Bell Tower, « plus grand instrument de musique » clame le panneau à la porte. J’y entre, mais il faut payer pour monter jusqu’aux cloches, puis payer pour avoir droit à une démonstration. Je me suffis de la tour vue de l’extérieur que je trouve déjà belle rien que par son architecture.

Perth - sculpture urbaine

Perth street art

swan bell tower

Je continue à me promener sur les rives de la Swan River où je croise des pélicans et des cygnes noirs. Puis je mets le cap vers King’s Park qui surplombe la ville.

Ce qui est sympa à Perth, c’est que les bus du centre-ville sont gratuits. Je pourrai donc en user et en abuser – ce que je fais de temps en temps – mais pour rejoindre le parc depuis les berges, je prends la résolution de marcher. Je parcours donc les quelques (!) kilomètres qui m’en séparent à pied, sous un soleil de plomb. J’arrive à me perdre (pour de bon cette fois) et à ne pas trouver l’entrée. Je fais un détour involontaire en empruntant un chemin pentu et horriblement aride (la partie qui recréé la flore du bush, me dira plus tard le gars du centre des visiteurs, pas très agréable à arpenter en cette saison (tu m’étonnes…) – et j’arrive – en état de déshydratation – dans le superbe King’s Park.

Avant de profiter des vues imprenables sur la ville, je me pose sous un des nombreux arbres pour faire une sieste pique-niquer – et me ré-hydrater. Une fois remise de mes émotions et laisser passer le pic de chaleur de la journée, je me remets en marche pour embrasser les vues de Perth. King’s Park domine complètement la ville et les panoramas valent le déplacement.

perth king's park

perth botanic garden

Je me procure une carte du parc et je me rends compte que c’est immense ! Un après-midi ne suffira pas pour tout arpenter et je préfère me concentrer sur une petite partie (qui est déjà à elle seule immense) : le Botanic Garden.

Chaque état de l’Australie est recréé avec des spécimens d’arbres et d’arbustes de chaque région. Je retrouve avec amusement des arbres que j’ai aperçus dans le bush lors de notre road-trip, et je peux enfin mettre des noms dessus. J’apprends également que tous les arbres que je prenais pour de simples eucalyptus ont en fait des noms bien à eux – Tarri, Tingles, Marri, Yarri, Tuart, Jarrag – selon les régions et la faune qu’ils abritent. Plus loin, une passerelle de verre et d’acier permet de marcher au-dessus des arbres.

Depuis un lookout, je repère en contre-bas une maison bleue posée au milieu de l’eau et je me mets en tête d’aller la voir de plus près. Je réussis à nouveau à faire un détour de quelques kilomètres au milieu de la végétation aride pour enfin y arriver.

Je n’en saurai pas plus. Aucune indication. Juste qu’elle est posée là, tout jolie.

Perth blue house

Je lève les yeux au loin et vois le CBD de Perth avec ses grands buildings qui s’élèvent pour chatouiller le ciel. Il me reste plus qu’à rebrousser chemin en longeant la Swan River.

Quand je rejoins le centre ville, je ne rêve que d’une chose : une boisson fraiche ! Après avoir testé leurs excellents jus de fruits frais, je découvre une nouvelle tuerie : le vrai Thé Glacé à la demande. C’est une chaine asiat’ qui propose ça : choisir son thé (Green Tea ou Black Tea) et sa saveur (mangue, pêche, lychee, kiwi et toute une liste de fruits plus ou moins exotiques) et paf ! On a son Thé Glacé au goût de son choix avec du vrai thé ! Bref, j’adore et j’aurai jamais le temps de tout tester…

Pour ma première vraie journée à déambuler dans les rues de Perth, c’est le gros coup de cœur ! Je pensais ne rester que 3 jours, mais j’ai bien envie de prolonger mes pérégrinations urbaines et rallonger mon séjour de quelques jours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *