3 décembre 2010

Australie, Voyages & escapades

6 commentaires

Une pause à Tower Hill

A Warrnambool, la Great Ocean Road prend officiellement fin.

La route continue pourtant le long de la côte et les paysages n’en sont pas moins sublimes.

Aujourd’hui, le soleil est au rendez-vous et il fait même chaud !

On décide de faire un stop à Tower Hill Reserve pour tenter d’apercevoir des koalas. Ici, dans le creux d’un volcan éteint, la flore pousse en abondance et la faune grandit à l’état sauvage. Les oiseaux bariolés de couleurs s’envolent à notre approche, et des lapins (!) détalent régulièrement sur le chemin que l’on suit.

Des sentiers nous font monter au sommet de la colline, nous offrant des vues à 360° sur toute la réserve . La palette de tons m’émerveille et j’espère être encore surprise longtemps par ce genre de vues : des bleus, des verts, des jaunes… le regard s’accroche de tous les côtés…

On quitte le chemin principal pour s’aventurer dans la forêt. On marche lentement le nez levé vers les eucalyptus, où on espère apercevoir des koalas. On avance pas après pas, évitant de faire craquer la moindre brindille, quand soudain deux kangourous sortent des fourrés et détalent à une dizaine de mètres de nous.

Souffle coupé. Cœur qui bat. On n’en revient pas.

On bifurque vers la direction qu’ils ont pris. On s’enfonce à travers les arbres, on avance en silence, presque à quatre pattes, s’immobilisant au moindre bruit. Quand on se retrouve nez à nez avec un kangourou. Énorme. A une dizaine de mètres, il est tranquillement en train de mâchouiller des herbes. Il se rend compte de notre présence, se dresse sur ses pattes et remue des oreilles. On retient notre respiration, on ne bouge plus. Il reste de longues secondes à nous observer. Instant magique. Émotion indescriptible. Puis il retourne à son machouillage nous surveillant d’un œil avant de s’éloigner doucement.

On continue notre jeu de piste et on en croise finalement plusieurs. On reste le plus souvent à distance, juste à les observer. Plaisir de les voir se déplacer sur leurs puissantes pattes arrières. Excitation de les voir bondir.

On finit par rebrousser chemins, quand on tombe sans les chercher sur nos premiers koalas ! Trois dans un seul eucalyptus. Agrippés de leurs petites pattes sur le tronc, ils ressemblent à des peluches vivantes. Ils ont l’air absolument adorables et semblent en jouer : ils baillent, changent de position, prennent la pose… On reste un moment à s’extasier devant ces bestioles !

Alors qu’on ne pensait faire qu’une simple halte à Tower Hill Reserve, on y passe finalement tout l’après-midi.

Le soir, on dépasse Portland et on trouve un coin près de Cape Bridgewater, le long d’une large baie de sable blanc. Décidément, je trouve l’endroit encore idéal pour passer la nuit et je prie pour n’être jamais blasée devant ce genre de paysages.

Le lendemain, direction Mount Gambier où des tâches plus administratives nous appellent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *