2 septembre 2014

Autour de Lyon, Des pas perdus

2 commentaires

Des pas perdus à Lyon… jusqu’à la Place Rouville

Quand les pas s’égarent au-delà de la place Sathonay, on ne s’attend pas à trouver si près un endroit qui surplombe les toits de la ville.
Il faudrait, pense-t-on, grimper la colline qui travaille, la Croix-Rousse, pour s’élever au-dessus de la ville. Ou bien attaquer les pentes et se retourner de temps à autre pour décrocher une vue plongeante sur Lyon.

Suivre ses pas et surplomber Lyon

Au hasard de mes pas, je dépasse la place Sathonay ombragée, laissant derrière moi les petits vieux qui papotent sur les bancs. Je monte quelques marches et passe devant une salle des mariages. Je m’aventure vers ma gauche où un peu plus loin une rue montante est étrangement décorée : au-dessus des voitures garées, des semblants d’abat-jour sont accrochés aux murs rougeâtres et de grands tableaux de paysages vus du ciel sont placardés entre deux parcelles de végétaux.

Bientôt, sur la façade de l’immeuble d’en face, de drôles d’oiseaux vinylés font leur apparition ! Sous les fenêtres,  le long des câbles électriques, des chats coursent maladroitement des souris. Quelques pas plus loin, la petite montée offre sa récompense. Sans que je m’y attende, me voilà à surplomber les toits de la ville, à embrasser du regard la colline qui prie, la basilique Fourvière, juste en face.

Les toits de Lyon jusqu’à l’horizon

De la Place Rouville, les toits de Lyon s’étendent loin, bruns et ocres, sous mes yeux. Là, accoudée à la rambarde, j’éprouve un plaisir tout simple mais immense à contempler l’horizon en plein coeur de la ville. Observer les différents quartiers, s’amuser à localiser des bâtiments que l’on connaît, s’imaginer peintre face à cette immense palette de pigments et se demander par où commencer, suivre la Saône sinueuse juste là, en contre-bas… puis continuer mon errance curieuse, quelques pas encore plus loin.

Mes pas reviendront plusieurs fois faire des détours par la Place Rouville pour une pause au-dessus des toits. Et s’y perdre à nouveau en soirée, quand le soleil a laissé place à l’obscurité, quand la ville s’éclaire petit à petit, pour offrir un visage différent, aux amoureux des toits des villes…

lyon-des-pas-perdus-place-rouville

2 réflexions au sujet de « Des pas perdus à Lyon… jusqu’à la Place Rouville »

  1. Assez rigolo de remarquer que j’avais pris en photo, il y a quelques semaines lors d’un passage furtif sur Lyon, exactement la même prise de vue que la photo de la mobylette jaune (elle était également là, mais je ne me souviens pas des vinyles, ça doit être récent) et la façade au petit balcon fleuri.
    C’est un agréable quartier. Tes mots ne font que le rendre encore plus charmant

    1. Merci 🙂
      La mobylette est presque toujours là !
      Les vinyles sont là depuis un moment (au moins depuis 5 mois en tout cas), mais parfois y a du changement, des p’tites nouveautés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *