12 décembre 2015

Autour de Lyon, Inspirations & créations

Un commentaire

Festival Quais du Départ 2015 : retour sur mes coups de cœur !

Cette année, le mois de novembre a été compliqué.
Les différents événements qui se sont déroulés à Paris et ailleurs dans le monde m’ont donné envie de me déconnecter, de tout éteindre, de m’éloigner des donneurs de leçons et des récupérations politiques, d’hiberner, de me traîner péniblement jusqu’en décembre, qu’on expédie Noël et qu’on puisse recommencer une nouvelle année en repartant sur de bonnes bases. Effacer le tableau, essayer de faire mieux, essayer de faire au mieux. Mais faire l’autruche ne marche visiblement pas…

Dans ce climat morose, je me suis accrochée à mes oasis créatives, mes parenthèses suspendues où je teste des choses, j’expérimente des trucs, je me laisse porter par mes envies de création, un mois de novembre où je me suis même lancée des challenges insensés… mes moments de (ré)création dont j’espère vous parler bientôt, ici ou ailleurs, j’y réfléchis…

Dans cette ambiance anxiogène et déprimante, autant vous dire que le Festival Quais du Départ a été une bulle d’évasion dans un mois de novembre lourd comme une chape de plomb.

quai-depart-peniche-plateforme

Un festival entre rencontres et voyages

Comme l’an dernier en novembre, j’ai participé en tant que bénévole au Festival Quais du Départ. Pour rappel, le festival Quais du Départ est un Festival de films et de livres autour du voyage, organisé entre autres par François Chazelle, le fondateur de Raconte-moi la Terre, une librairie axée voyages, l’un de mes coins préférés à Lyon.

quai-depart-raconte-moi-terre

Quand on aime barouder mais qu’on ne voyage plus autant qu’on le voudrait –  soit par choix, soit par contraintes – c’est un petit plaisir de passer le weekend à regarder des films de voyages, rencontrer des baroudeurs ou de grands voyageurs, de puiser des idées et de regonfler son puits d’inspirations…

Pas besoin de tout plaquer et d’aller à l’autre bout du monde. L’aventure est partout, l’exploration au coin de la rue. Chaque projet, aussi modeste qu’il soit, est une aventure, il suffit de trouver le sien et d’oser se lancer.

L’une des particularités du festival Quais du Départ c’est son cadre : les projections ont lieu sur une péniche (une deuxième péniche accueillait cette année les ateliers et les conférences) et rien que cet endroit est une invitation au voyage : alors larguez les amarres, laissez-vous inspirer !

En quête d’inspirations

Comme l’an dernier, de nombreux films avec pour thème le voyage ont été projetés, presque tous à guichet fermé. Encore une fois j’ai fait de belles rencontres autant du côté des auteurs-réalisateurs que des spectateurs et bénévoles… en vrac, je vous livre mes coups de cœur de cette édition :

En quête de sens

Un voyage initiatique sur plusieurs continents de deux amis d’enfance partis questionner le monde. Une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie…

J’avais déjà eu l’occasion de voir ce film dans le cadre d’une autre projection. Pas tout à fait un film de voyage, pas tout à fait un film environnemental… c’est un film qui tend à ouvrir les yeux, à éveiller les consciences… un film qui donne à réfléchir, qui donne des pistes alternatives dans un monde qui ne tourne plus tout à fait rond. Il reprend pas mal d’évidences déjà lues et vues ici ou là, mais ça fait toujours du bien de se le répéter par les temps qui courent…

>> En savoir plus sur le film En quête de sens

 

Into the Sea

L’histoire de trois sportives, Easkey Britton, surfeuse Irlandaise, Mona Seraji, ambassadrice du snowboard féminin en Iran et Shalha Yasini, nageuse iranienne, qui ensemble, vont suivre leur passion pour le sport et introduire le surf en Iran.

C’est à l’apéro voyageurs des Passeurs d’Aventures que Marion Poizeau nous a présenté son film, projeté le lendemain dans le cadre du festival.
Une histoire de surf en Iran, je m’étais dit en lisant la programmation. C’est en papotant avec la réalisatrice, que j’ai réalisé quel point le sujet était plus transversal, complexe et passionnant que je ne l’imaginais.

Le surf (et le sport plus globalement) comme un moyen de faire tomber les barrières culturelles d’abord, puis comme un outil d’égalité entre filles et garçons, comme un moyen d’émancipation des jeunes filles…

Même si ce n’est pas le but premier du film, ce projet c’est aussi pour moi de découvrir un pays, l’Iran, alors que j’en avais une idée complètement fausse, certainement nourrie par les images proposées par les médias.

>> En savoir plus sur le projet Into the Sea 

 

Nomade des Mers

L’aventure étonnante de Corentin, jeune ingénieur plein de fougue et de talent qui expérimente l’autonomie en mer à bord d’un voilier 100% jute. Il embarque deux poules pondeuses, des plants de patate, un four solaire…
Direction les îles désertes du Golfe du Bengale.

C’est l’histoire d’un garçon un peu fou qui pourrait être le fils caché de Robinson Crusoé et de McGyver.
Corentin, cet ingénieur fou, prend la mer sur un bateau fabriqué entièrement avec de la jute, la ressource première du Bangladesh juste pour prouver que c’est possible.

Il en profite pour expérimenter sur son bateau et sur des îles désertes des low-techs, de nouvelles façons de bidouiller le système et de se servir de ce que notre environnement nous propose pour avoir de l’eau potable, faire pousser des plantes sur un bateau et se nourrir de façon autonome par exemple…
Une sorte d’expédition expérimentale qui mène à son retour à la mise en place d’un laboratoire de recherche collaborative sur les innovations simples et accessibles, dites low-tech.
Une ode à la bidouille et à un retour à la simplicité !

>> En savoir plus sur Nomade des Mers, sur les innovations low tech et les projets de Gold Of Bengal

 

Semeuses de Joie

Semeuses de joie est né d’une rencontre, entre Caroline Riegel et onze nonnes bouddhistes à la joie contagieuse. Ce film nourri d’amitié retrace leur périple de quatre mois à la découverte de l’Inde.

Semeuses de joie, c’est le film qui était le plus plébiscité lors du festival. Diffusé dans la plupart des festivals de voyage, Lyon était la dernière étape de la « tournée » de Caroline Riegel et des nonnes du Zanksar.

Parce que la particularité de ce film, c’était que les nonnes que l’on voit dans le film, celles qui partent à la découverte de leur grand pays qu’est l’Inde étaient présentes pendant le Festival.

Enveloppées dans leurs étoffes rouges, le sourire aux lèvres et la curiosité dans leurs yeux, elles ont pu profiter elles aussi de la péniche et du café des voyageurs. Incroyable rencontre avec ces nonnes venues d’une région jusqu’ici inconnue, reculée dans les montagnes himalayennes, à l’autre bout du monde.

>> Pour en savoir plus sur le film Semeuses de joie et sur les différents projets menés par Caroline Riegel au Zanksar

 

C’est donc encore une fois le cœur regonflé et la tête pleine de belles inspirations que le festival s’est clôturé.

Et pour revivre en images et en musique cette 4ème édition du Festival Quais du départ, voici la vidéo de Florent Dumas :

Une réflexion au sujet de « Festival Quais du Départ 2015 : retour sur mes coups de cœur ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *