1 juillet 2017

Autour de Lyon, France

35 commentaires

Drôme : rando dans les Gorges d’Omblèze

Ce billet est écrit dans le cadre du rendez-vous mensuel « En France Aussi », événement inter-blogueurs organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui a pour but de mettre en avant la richesse et la beauté des régions de France.

Ce mois-ci, le thème a été choisi par Caro du blog Family and Play : « Au fil de l’eau ».

* . * . *

Après avoir visité les charmantes villes de Saillans et de Crest, eu notre dose d’Histoire fort intéressante dans la Tour de Crest et crapahuté sur les crêtes de la vallée, nous nous aventurons pour une rando au fil de l’eau.

On quitte le cœur même de la vallée de la Drôme et on met légèrement le cap vers le Vercors, mais vraiment juste à l’entrée du territoire… comme une prémisse de cette contrée qui a l’air bien plus sauvage.

Comme les nuages menacent et que le temps est incertain, nous privilégions une randonnée pas trop longue, qu’on peut facilement raccourcir si besoin. Notre terrain de jeu : les Gorges d’Omblèze.

Les Gorges d’Omblèze et la Chute de la Druise

A priori, c’est le genre d’endroit qui doit être très agréable par fortes chaleurs : ombragé et au bord de l’eau. Mais début mai, la météo est catastrophique dans la vallée de la Drôme avec même des chutes de neige sur les Trois Becs.

Tant pis, on se couvre bien et on part découvrir le coin.
Au programme de cette balade : la Chute de la Druise, la Cascade de la Pissoire (!), et une incursion complètement atypique dans le Canyon des Gueulards.

Direction Plan-de-Baix, puis on dépasse le Moulin de la Pipe (les noms ne sont pas inventés !), un restaurant perdu au fond d’une gorge encaissée pour commencer la rando vers la Chute de la Druise.

Au-dessus de nous, les parois montent à pic et donnent presque une sensation de vertige. Impressionnant contraste après notre balade sur les crêtes à tutoyer les bleus du ciel ! Ces falaises vertigineuses, c’est un peu l’image que je me fais du Vercors, il faudrait qu’on prenne le temps d’aller vérifier ça un jour…

Pour accéder à la Chute de la Druise, il faut suivre un petit chemin qui descend jusqu’à la rivière de la Gervanne. La balade n’est pas longue : 1h aller-retour, mais il faut la mériter cette cascade ! La descente est assez raide (vous aurez deviné que la remontée aussi…) et arrivés en bas le sentier qui mène à la cascade ressemble plutôt à un ruisseau à cette époque de l’année.

On avance comme on peut, sautant de rochers en troncs d’arbre pour se rapprocher de la cascade. Au pied de la dame, le vacarme est assourdissant, le souffle d’air impressionnant. La Chute de la Druise nous domine du haut de 72 mètres !

Pour plus d’infos techniques sur la rando de la Chute de la Druise : https://www.visorando.com/randonnee-chute-de-la-druise/

Non loin de là, juste après le Moulin de la Pipe, il y a une autre cascade, la fameuse Pissoire, qui s’avère bien moins impressionnante.
La seule curiosité, c’est que les filets d’eau qui tombent en cascade ont traversé les roches calcaires du Vercors et ont créé de gros blocs de mousse pétrifiés, qu’on appelle le Tuf.

Fin de la minute culturelle et géologique.
Notre rando commence juste à côté de la Cascade de la Pissoire. Ce qui nous attend va se révéler complètement atypique et transformer cette rando en coup de cœur : c’est parti pour le Canyon des Gueulards.

Le Canyon des Gueulards

Le sentier monte d’abord tranquillement au-dessus de la Cascade de la Pissoire, sous les arbres. On surveille d’un œil les nuages gris au-dessus des cimes en espérant que la pluie nous épargne.

On traverse la ferme du Pescher du Bas, qui a l’air d’être en rénovation. On repère des chèvres qui crapahutent, et il semblerait qu’ils vendent du fromage et des produits de la ferme. On remarque quelques hébergements insolites aux alentours, une roulotte et un tipi… C’est toujours étonnant comme au milieu de rien, il y a des choses chouettes qui se créent (oui, moment philosophique !)

On grimpe encore un peu avant d’attaquer une franche descente abrupte. La température et la végétation changent de façon radicale, le contraste est saisissant. Nous voici à l’entrée du Canyon des Gueulards !

Et là, nos âmes d’enfants (ou d’apprentis explorateurs) se laissent aller à l’émerveillement. Le chemin continue entre les gros rochers, et se faufile dans une crevasse. Des échelles et des cordes permettent de grimper des rochers (très glissants !). Les parois nous entourent, couvertes de mousse, l’eau ruisselle autour de nous, la faible lumière perce uniquement de là-haut. Étrange endroit…

Puis au bout de la crevasse, l’étonnement augmente encore.
On tombe sur des grottes où des dizaines et des dizaines (des centaines ?) de cairns s’élèvent.
Des p’tits cailloux sont entassés un peu partout.
A même le sol, sur les parois, sur des troncs, on trouve des cailloux accrochés à des lianes, sur des branches.
La surprise est totale.
On croirait entrer sur un territoire sacré.
Aucun de nous deux ne parle, on ouvre grands les yeux, on déambule autour de ce drôle de spectacle.
Au début on hésite, on continue ? Puis le sentier se fait plus étroit, mais on se faufile toujours, et on débouche à chaque fois sur ces étonnants amoncellements de pierres.

Canyon des Gueulards

On s’imagine l’origine de ces cairns… Un cimetière païen ? Un endroit de rituel sacré ? Le travail mystérieux de lutins de la forêt ? Un moyen d’honorer un site de résistance ?
En tout cas la question est réelle, si quelqu’un connait l’histoire de ce canyon, je suis toute ouïe !


Au bout d‘un moment, la crevasse s’élargit et la forêt qui nous dominait nous entoure à nouveau. On inspire à plein poumons comme si on avait pas osé trop respirer pendant notre exploration, on se regarde, on rigole, quelle étrange expérience, on adore ça ! Ça nous rappelle un peu le Bois de Païolive avec ses grottes et ses rochers creusés.

Canyon des Gueulards
Des gouttes commencent à tomber et on poursuit la rando par les “Sept Lacets”, des virages creusés à même la roche qui nous ramènent tranquillement vers la Cascade de la Pissoire. Sur ces lacets, on domine les gorges d’Omblèze et je crois repérer un géant endormi au détour d’un virage (vous le voyez ?)

Quand nous arrivons à proximité de la voiture, les gouttes se sont transformées en franche averse : parfait timing !

Pour plus d’infos techniques sur la rando du Canyon des Gueulards  : https://www.visorando.com/randonnee-canyon-des-gueulards/

Comme la Chute de la Druise, le Canyon des Gueulards doit être une rando parfaite pour les journées chaudes d’été, mais même par temps maussade la curiosité de la balade vaut vraiment le détour !

Et vous, vous connaissez la Drôme et ses randos au fil de l’eau ? ça vous tente ?

 

35 réflexions au sujet de « Drôme : rando dans les Gorges d’Omblèze »

  1. Ah mais oui, là je suis carrément tentée car je ne connais pas du tout la région et cette randonnée me conviendrait parfaitement. Merci donc pour ce bon plan, j’épingle ça sur ma To Do List dans Pinterest. J’aimerais bien voir de près ces cairns intriguants… Merci beaucoup pour ce super partage !

  2. C’est la mode ces petits tas de cailloux nous en avons plein l’année dernière en Corse. Autrement c’est magnifique une très belle région qui me rappel mes vacances d’enfants chez mon grand-père.

    1. On en croise souvent en rando de ces cairns, mais jamais autant au même endroit (ah, si, une fois sur les rives d’un lac en Ecosse, où pareil, je me suis posée plein de questions ^^)

    1. Tu es très pragmatique ! ^^ Sûrement l’oeuvre des randonneurs, les uns après les autres, sans doute, mais en voir autant sur plusieurs grottes rend le tout très intriguant…

  3. C’est très mystérieux ces petits cailloux ! 🙂
    J’avais fait une incursion dans le Vercors, au cirque d’Archiane, mais sinon, je ne connais rien d’autre du secteur.
    Les ruisseaux sont mignons, et les balades ont l’air superbes !

  4. Alors ma théorie: un lieu sacré oui, oú les druides se rassemblaient pour faire des incantations. Ok gros délire mais pourquoi pas.
    Sinon c’est sympa ces randos qu’on peut enchaîner et oú il y a plusieurs choses à voir. La chute de la Druise est un incontournable du coin 😉

  5. Ce sont des noms qui me parlent mais dont je n’ai pas encore découvert les lieux associés… Merci pour cette jolie rando, c’est exactement le genre de promenade que j’adore, avec grottes et cascades 😉
    J’ai grandit au pied du Vercors, et je confirme donc l’image que tu en as : falaises escarpées et abruptes, routes sinueuses surplombées de rochers menaçants… C’est ce qui fait que j’aime tant le Vercors! N’hésite pas à t’aventurer un peu plus haut si tu en as l’occasion (le Vercors Isérois, à la frontière avec la Drôme) : Presles, Rencurel… Il y a des dizaines de curiosités qui méritent d’être vues! 😉

    1. C’est la magie du rdv #EnFranceAussi, faire découvrir des coins dont on ne soupçonne pas l’existence, ravie de faire découvrir ces coins !

  6. Le nord de la Drôme, un coin que je connais moins bien mais que je me suis promise de redécouvrir ! cette rando, je l’ai faite avec mes parents petite et tu me convaincs absolument de recommencer. La cascade est sublime, c’est vraiment beau et poétique… j’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *